Didier Béquillard

Voir les photos

Caption

Babel, installation

http://didier.bequillard.free.fr/

« Le rapport au territoire m’occupe depuis de nombreuses années, pays, paysage, architecture, cadastre, territoire du corps. Le détournement des moyens de les définir (textes, plans, cartographies) m’amènent à en questionner leur perception, ainsi la toponymie des « lieux-dits » en particuliers et celle du pays en général m’a conduit à re-penser la façon de s’approprier un espace en le renommant. Par le lien établie entre toponymie et topographie je découvre et explore de nouveaux territoires. C’est dans les textes mêmes que se repèrent les espaces cartographiques dans lesquels je m’insinue pour suivre d’autres chemins. Ces parcours un temps inscrits dans la relation directe avec le sens du texte laissent place à des déambulations moins formelles. Celles-ci nourrissent ma recherche d’une tension entre forme et espace. C’est dans l’intimité de l’atelier que le dépaysement du voyage se renouvelle, là où se perdent et se retrouvent les formes à habiter.

 

Babel

La coïncidence d’une lecture des Città Invisibili d’Italo Calvino avec la découverte d’un alphabet braille m’inspire la traduction d’un extrait du livre et produira « Babel ». Le code braille détourné, le changement d’échelle, les picots remplacés par des trous, génèrent des formes uniques pour chaque ville. Toutes les « forme/ville » sont connectables entre elles. L’ensemble est un modèle de la « ville monde » sans hiérarchie, vertical comme dans le mythe, mégastructure horizontale comme dans l’architecture de Constant ou de Yona Friedman.

Babel est en expansion, elle tend vers la somme infinie des villes, dans le foisonnement et la dilution des sens, elle les rend à la fois visibles et invisibles. C’est dans cette fissure entre visible et invisible que se révèlent les territoires dont les noms s’effacent au fur et à mesure que l’on tente de les écrire. » Didier Béquillard.

 

Didier Béquillard, né à Paris vit entre Sorède et Hamburg. Ses premières expositions en 1991/1992 se tiendront à la Galerie Dupont à Toulouse. Depuis il expose régulièrement son travail : Cimaise et Portique à Albi, Espace des arts à Colomiers, Alaplage, au BBB ou encore à la fondation de la Caisse d’épargne à Toulouse, plus récemment à Paris dans l’atelier de Corinne Laroche « Lettres de Babel » et à La Maison des Arts de Bage.