Présentation

 

2005-07-02 6-r

 

« Quand, dans un paysage en ruine, résultat de l’abandon de la culture en terrasse, les moissons se réduisent et les rêves d’avenir s’étiolent, l’invention est une piste attirante.

C’est de l’envie de construire un avenir meilleur pour la vallée de la Drobie qu’est né le projet du sentier des lauzes.

Entraînant sur nos pas quelques artistes choisis, nous avons fait le pari que leurs regards créatifs viendraient fertiliser notre paysage, que leurs imaginaires conforteraient les nôtres. S’appuyant sur le déjà là, sur la culture des lieux, ces artistes ont tenté, à leur manière, d’ouvrir de nouvelles portes, d’évoquer d’autres pistes. Vous croiserez leurs interventions au détour du sentier. S’invitant dans votre cheminement avec discrétion ou insistance, ces œuvres trouveront peut-être aussi place sur votre sentier personnel »

Martin Chenot (Invitation à la marche – Chemin d’art en paysage – 2008)

 

 

 

Le projet

Dans une vallée sauvage et merveilleuse du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche, – la vallée de la Drobie – des habitants et usagers ont décidé de réfléchir ensemble au devenir de leur cadre de vie. Conscients de l’extraordinaire capital que représente leur paysage comme de la difficulté de trouver une voie de développement adaptée dans un secteur fragilisé par l’exode rural, ils inventent un projet collectif basé sur l’approche culturelle.

De là est née « Sur le sentier des lauzes », association chargée de mettre en œuvre le projet du même nom.

 

 

 

La philosophie du projet

L’objectif affiché est de mettre en place, dans la vallée de la Drobie, une dynamique culturelle pérenne qui favorise une prise de conscience collective sur le devenir de la vallée et enrichisse, par des apports créatifs et innovants, les scénarios de développement. C’est cette dynamique que nous appelons « Vallée Culturelle » en référence à une expérience menée au Québec par le Groupe Territoire Culturel. Elle vise à favoriser l’émergence d’un développement concerté et harmonieux – que l’on qualifie aujourd’hui de «durable».

Concrètement, cela consiste à protéger, et dans le même temps à valoriser l’héritage du passé en aidant à définir des modèles de développement contemporains adaptés à ce territoire spécifique. Pour amener chacun à comprendre la fragilité du cadre de vie, à mesurer le risque des évolutions actuelles mais aussi les potentialités de développement présentes dans notre environnement, l’association a choisi de parler et de réinventer le paysage à travers le regard d’artistes ou de concepteurs. Pour favoriser l’échange, source d’enrichissement réciproque, l’association s’attache à créer les conditions de rencontre entre habitants, artistes et paysage.

 

Les interventions proposées s’articulent autour d’un sentier existant, le sentier des lauzes, qui forme une boucle sur les communes de Saint-Mélany et de Dompnac, et a des ramifications sur d’autres communes de la vallée (Sablières, Beaumont, Saint-André-Lachamp, Valgorge et Ribes).

Depuis début 2001, l’association a démontré par ces « premiers pas d’artistes » que cette voie de développement, sans prétendre à l’exclusivité, porte ses fruits : une dynamique culturelle est en train de naître dans la vallée de la Drobie.

Voir également : la vie de l’Association

Nous vous invitons à la découvrir et à y participer !

 

 

 

Les 3 axes du projet

Axe 1. Des évènements pour fédérer et sensibiliser.

IMG_1008hIl s’agit, dans une rencontre ludique et festive, d’amener les visiteurs à «regarder» le paysage, à prendre conscience de son évolution. De ces évènements naît progressivement une conscience collective – l’identité de la vallée de la Drobie, ancrée dans son histoire et ouverte sur le monde – et un regard partagé. Ce « partage » du regard et de la conscience est le point de départ indispensable à l’émergence d’un projet commun.

Parmi ces évènements, l’association a organisé plusieurs années une « balade musicale et poétique », concept développé par l’auteur et metteur en scène Roger Lombardot : dans le cadre d’une balade accompagnée, les visiteurs découvrent le paysage à travers des interventions artistiques (théâtre, musique, chant, conte…).

 

Par ailleurs, l’association programme des concerts – de musique classique comme de musique actuelle – dans des lieux exceptionnels où la mise en scène suppose un travail d’analyse et de mise en valeur du paysage.

Voir également : Les événements du sentier

 

Axe 2. Des résidences d’artistes pour apporter un regard extérieur, favoriser la réflexion et de nouvelles façons de faire.

1.inddPour inventer, l’apport de professionnels est une nécessité. D’où cette idée de faire intervenir des artistes et des concepteurs qui, par leur regard, leur façon de communiquer, d’agir, proposent un renouvellement. Cet appel aux « gens de l’extérieur » n’est pas une négation des capacités de création locales : c’est au contraire une façon de les révéler, de les réveiller, de les enrichir.
Pour permettre cet enrichissement, il faut provoquer la rencontre, l’échange dans le temps long. C’est pourquoi le principe de résidence a été choisi.
La venue d’artistes en résidence est aussi l’occasion de laisser une trace : les plasticiens invités chaque année participent à la création d’un « Parcours d’Art en Paysage » permettant le développement d’un tourisme culturel en toute saison.

Voir également : Toutes les œuvres sur le sentier

 

Axe 3. Des aménagements culturels pour ancrer la dynamique:

Il s’agit de trouver des réponses concrètes à la question :

  • Quel usage donner à des éléments du patrimoine rural à l’abandon pour en permettre la sauvegarde ? C’est ainsi que naît le projet de réaliser un théâtre en plein air en réhabilitant des faïsses. Ce projet évoluera pour devenir aujourd’hui le « Le jardin des Figuiers ». 
  • Quelles constructions nouvelles peut-on réaliser sans porter atteinte au paysage ? C’est ainsi que nait le projet de l’Echappée, un atelier-refuge pour artistes.
    Voir la présentation du projet, les infos pratiques, les résidences

 

Ces aménagements ont pour objectif d’ancrer les réflexions de l’association «sur le sentier des lauzes» dans le réel, en concrétisant, de façon expérimentale et emblématique, cette volonté de faire du développement local autrement : donner place à l’invention pour concilier la valorisation d’un patrimoine et les nécessités d’un développement attendu.

 

Il s’agit de créer des infrastructures support à la dynamique artistique. Des commandes émanant de l’association seule, ou en partenariat avec des privés ou des collectivités seront formulées. pour répondre à un programme concret et à une interrogation collective.

Les réponses attendues seront de ce fait de deux ordres :

  • une réponse « physique », architecturale ou paysagère, pour redonner un sens et un usage à un espace abandonné par la déprise agricole ;
  • une réponse « conceptuelle », argumentée, permettant de donner un sens collectif à l’action engagée et permettant aussi une diffusion de l’expérience.